Les textes du défi n°2

Vous deviez créer un texte, un poème, une chanson, une histoire, … utilisant ces 10 mots tirés au hasard dans le dictionnaire :
      écho, guidon, snif, polyvalent, costard, cadran, gaufre, lire, récréation, obriquet

Voici les textes que vous avez créés :

1.

Roro, c’était depuis toujours son sobriquet, le bon gars de village, toujours prêt à rendre service, aimable, souriant, polyvalent dirait-on peut-être aujourd’hui.
Son plaisir le dimanche matin était de sauter sur son vélo. Passant devant la jeunesse locale, il lâchait son guidon, fier de montrer son beau costard puis il s’arrêtait chez Paulette la boulangère et dégustait une gaufre au sucre, son pêché mignon, avant de lire les titres du jour.
En semaine, il guettait l’écho venant de la cour de récréation de l’école puis surveillait du coin de l’oeil le cadran de son horloge, celle qu’il tenait de la mère de sa grand-mère ! Dans dix minutes, il irait chercher le fils de Lucienne, celle qu’il aurait tant aimé épouser. Mais la vie en décida autrement… Quand il y pense, parfois on peut apercevoir une larmette sur sa joue droite et si l’on passe près de lui entendre comme un petit snif mais pas davantage. C’est son secret et il n’en parle à personne.
Qui sait, peut-être qu’un jour la roue tournera. Lui il y croit dur comme fer et c’est pour cela qu’il est si souriant…

Gene H. – 15 nov. 2020 par un dimanche pluvieux –

2.

Quelle idée lui traversa donc l’esprit, bien fier juché sur sa bicyclette, vêtu de son plus beau COSTARD, que de lâcher le GUIDON pour LIRE le CADRAN de sa montre quand, passant près de l’école élémentaire, retentit la cloche de la RÉCRÉATION.
Au sol, se couvrant du sang de son front blessé, il reniflait à peine ses larmes qu’une passante peu compatissante le taxa sans détour :
Voyons ! Il est commun de savoir que les hommes ne sont guère POLYVALENTS. Ou vous pédalez, ou vous consultez l’heure. Vous voilà à présent Monsieur SNIF…!
Dès lors, il resta affublé de cet amer SOBRIQUET, faisant ÉCHO à sa GAUFRE magistrale.

Emilie David 

3.

 L’enfant hoquetait et reniflait devant son vélo explosé par terre, le guidon comme tordu de douleur. Son costard gris lui aussi ne ressemblait plus à rien excepté à une gaufre au chocolat aplatie, il avait dû se traîner dans la terre avant de pouvoir se redresser.  Ses copains allaient sûrement se moquer de lui à la récréation et trouveraient encore l’occasion de le traiter de petit morveux. Il détestait ce sobriquet qui lui collait à la peau depuis la maternelle. Comme en écho à ses pensées, ses pleurs redoublèrent, sniff sniff… En plus il ne savait toujours pas lire l’heure, et ce matin c’était à son tour de le faire… à chaque fois que le maître lui demandait de regarder le cadran de l’horloge installée au-dessus du tableau, sa bouche devenait sèche, ses yeux flous et son cerveau se transformait en papier mâché. Tout à coup, il se souvint que le maître avait déclaré hier soir qu’ils devaient tous se retrouver dans la salle polyvalente à 8h30 pour la gym, son cœur ralentit un peu, c’était sa matière préférée. Il allait pouvoir les écraser !

Magali

4.

Snif! pleurnichait l’enfant… Ma gaufre a parsemé mon costard neuf de sucre glace. A la récréation, ils me répèteront en écho le sobriquet méchant! Et pourtant, je sais lire l’heure au cadran et même faire du vélo en lachant le guidon. Je susi polyvalent, comme dirait ma maman.

Florence

5.
En costard 3 pièces, Henri, employé polyvalent de la fabrique de gaufre, fonçait au guidon de sa mobylette. Il se repassait mentalement l’écho de son engeulade avec son contremaître, affublé du sobriquet ridicule de “Snif” (car il était constamment enrhumé et reniflant) Celui-ci, pointant le cadran géant de l’horloge, lui avait intimé l’ordre de reprendre le travail. “Ce n’était pas la récréation, que diable!” Alors, il avait fui.

Florence